<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=565596&amp;fmt=gif">

Le blog de la dématérialisation

Présentée comme la 4e révolution industrielle, l’Intelligence Artificielle (dite I.A.) captive tout autant qu'elle questionne ; comment s’intègre-t-elle dans notre quotidien et à quelle échelle peut-elle bouleverser notre économie ?

Comment l'I.A. s’intègre-t-elle dans notre quotidien ?

Les années 2010 marquent l’entrée dans l’âge d’or de l’intelligence artificielle, que l’on trouve déjà dans les applications utilisées dans la vie quotidienne (smartphones, voitures, chatbots…). Les entreprises y investissent de plus en plus. Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, elles auraient investi, en 2016, au niveau mondial, environ 27 milliards de dollars en intelligence artificielle. Une autre étude, publiée en 2016 par Umanis, assure que 44 % des entreprises françaises estiment que l’intelligence artificielle et le Machine Learning sont devenus incontournables. Une analyse menée par Accenture révèle que 27 % des dirigeants d’entreprises, au niveau mondial, pensent que l’intelligence artificielle transformera radicalement leur entreprise au cours des trois prochaines années.

L’intelligence artificielle se définit comme « un ensemble des théories et des techniques développant des programmes informatiques complexes capables de simuler certains traits de l’intelligence humaine ».

Lorsque nous parlons d'I.A., on pense avant tout à ce qui nous touche au quotidien, qu’il s’agisse des assistants virtuels ou chatbots, tels Siri ou Cortane, des smartphones qui nous identifient par reconnaissance digitale voire faciale, des voitures qui peuvent détecter des piétons et se garer toutes seules (souvent bien mieux qu’un humain) ; Et aussi, ces « ordinateurs » qui reconnaissent et analysent automatiquement les documents.

Si l’Intelligence Artificielle facilite incontestablement notre vie de tous les jours, et dans des proportions que l’on n’imaginait pas il y a encore quelques années, elle est aussi extrêmement présente dans la vie des entreprises : au sein de la fonction RH pour optimiser, par exemple, un processus de sélection ; les départements qualité l’utilisent pour anticiper les problèmes avant qu’ils ne se produisent, les marketeurs, pour prédire les besoins des clients et optimiser les échanges entre les marques et les consommateurs grâce aux chatbots…Cependant, l’I.A. possède un terrain de prédilection tout particulier : les directions financières ! La fonction financière est par nature, l'une des activité les plus réceptives à l’automatisation : celle qui traite des volumes importants de données, qui est régie par des processus relativement normés reposant sur des logiques de flux et de validation. Et pour lesquels les enjeux de réduction de coûts, de simplification, d’optimisation et d’agilité sont majeurs. 

Je télécharge le livre blanc

Quels enjeux pour la fonction finance ?

Automatiser pour plus de fiabilité

Les taches de saisie des données financières sont répétitives et chronophage. Ces actions ainsi que celles de vérification et d’affectation peuvent être réalisées automatiquement par des machines. Cette évolution permet d’éviter et limiter les erreurs humaines dans le traitement des données.

Robotiser les processus de gestion

Muter vers un nouveau modèle d’automatisation dans l’entreprise ne signifie pas pour autant se passer de l’humain, il s’agit de robotiser les processus à faible valeur ajoutée pour dégager du temps et rendre l’entreprise plus efficace et productive.

L’intelligence artificielle permet par exemple d’automatiser et contrôler la gestion comptable, gérer la paie, dématérialiser les factures et d’automatiser les clôtures d’exercice.

Un levier de compétitivité

L’intelligence artificielle permet d’anticiper et prendre des décisions stratégiques. Les données  collectées permettent aux DAF de prédire les risques et difficultés financières en fonction de l‘évolution des données de gestion de l’entreprise. La direction financière « digitalisée » peut ainsi obtenir des analyses très avancées et avoir des outils prédictifs dans la réalisation des budgets et forecasts.

Le cabinet Gartner assure que l’intelligence artificielle sera embarquée dans 50 % des applications analytiques d’ici trois à cinq ans. Dans un monde numérique de plus en plus peuplé d’algorithmes puissants, nul doute que les directions financières bénéficieront des avancées en matière de Deep Learning (apprentissage autonome profond), de réseaux neuronaux ou du traitement du langage naturel.

Pour les applications financières, cela signifie, d’abord, davantage d’automatisation dans les fonctionnalités. Ensuite, cela signifie que les solutions seront de plus en plus intelligentes, et, enfin, que la baisse des coûts d’accès à l’intelligence artificielle conduira à une véritable démocratisation vers les TPE… Et à une réelle valorisation des métiers de la comptabilité et de la finance.

Pour en savoir plus sur les outils qui façonnent la fonction financière de demain, téléchargez notre Livre Blanc  :

De l'intelligence artificielle à l'intelligence financière

 

Je télécharge le livre blanc

 

 

 Tags: Tendances Numériques Entreprises

N'hésitez pas à nous
donner votre avis sur cet
article !
Vous pouvez poster votre
commentaire ci-dessous :

S'abonner aux news du Blog

trone-fer