<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=565596&amp;fmt=gif">

Pourquoi, chez Yooz, avons-nous choisi d'utiliser l'Intelligence Artificielle pour automatiser les processus comptables ?

Dans cette série d'articles, Vincent Poulain d'Andecy, Research Department Manager reviendra sur l'histoire de Yooz qui a démarré son activité, dès le départ, autour de ces technologies d'Intelligence Artificielle.

 

L’Intelligence Artificielle appliquée aux entreprises, de l’histoire ancienne ou le dernier trending buzz word marketing ?

Il y a 30 ans, Yooz s’appelait Informatique et Technologies Avancées et collaborait déjà avec le Laboratoire informatique de l’école d’ingénieurs de Nîmes, l’EERIE, désormais intégré à L'École nationale supérieure des mines d'Alès. La technologie et la collaboration avec la recherche académique pour rester à la pointe font partie de la carte génétique de Yooz et de la vision de son fondateur, Didier Charpentier.

C’est ainsi qu’en 1990, nous avons pu proposer une technologie innovante à l’époque, les Réseaux de Neurones, pour répondre à une entreprise de travaux publics qui souhaitaient faciliter la saisie de rapports d’activité par des personnes peu accoutumées à l’outil informatique.

Les Réseaux de Neurones offraient de nouvelles perspectives en reconnaissance automatique de l’écriture. A partir de là, nous avons pu réaliser un progiciel de lecture automatique de formulaire. Pionnier sur ce marché, nous avons alors rencontré des documents de plus en plus complexe (les chèques, les décomptes de sécurité sociales, les bons de commandes, …) pour lesquels, parallèlement, les progrès scientifiques (reconnaissance de forme, chaîne de Markov pour l’écriture cursive…) permettaient de répondre.

Je télécharge le Livre Blanc Yooz !

Au début des années 2000, nous avons quitté la simple vision par ordinateur pour aller plus loin dans la compréhension des documents. Grâce à l’invention d’un système expert d’analyse de contenu, nous avons pu extraire des informations précises contenues dans des documents complexes comme les factures. Grâce au Machine Learning sur les données graphiques ou textuelles nous avons classé les documents. Toujours en collaboration avec des laboratoires académiques, l’intégration de connaissances linguistiques, le développement d’approche adaptatives, le développement du DeepLearning et de l’incremental Learning pour s’adapter continuellement aux évolutions des flux documentaires, sont des progrès que nous avons intégrés pour améliorer les performances de nos solutions.

Notre chemin est loin d’être fini : le big data, le cloud, le collaboratif et la capacité de calcul des datacenters, ouvrent non seulement une nouvelle dimension d’amélioration des performances de compréhension automatique des documents mais aussi la possibilité d’accroître notre périmètre d’application, comme par exemple la détection de fraude ou l’analyse décisionnelle.


En attendant de découvrir le deuxième volet de cette série d'articles, vous avez la possibilité de visionner le replay de notre Webinar sur l'Intelligence Artificielle :

Je visionne le webinar replay IA !

 

 Tags: Tendances Numériques Entreprises

N'hésitez pas à nous
donner votre avis sur cet
article !
Vous pouvez poster votre
commentaire ci-dessous :

S'abonner aux news du Blog

trone-fer