<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=565596&amp;fmt=gif">

On se souvient d’une époque, qui n’est pas si lointaine, au cours de laquelle le cloud suscitait des craintes de la part des entreprises, quelle que soit leur taille. Notamment pour la disponibilité et la sécurité des données.

Depuis, la tendance a changé : en 2016, seulement 31 % des DAF avaient placé le cloud dans leur priorité, mais 47 % un an plus tard… C’est aujourd’hui le troisième levier technologique de la transformation digitale, après la dématérialisation et la visualisation des données. D'ailleurs, comme le souligne l’enquête de PWC, 83 % des DAF français pensent que le cloud sera un incontournable du SI Finance, dans tous les domaines : dématérialisation de documents et de dossiers de clôture, gestion de trésorerie, fiscalité… 

Comment expliquer cette évolution ? 

Cet engouement pour le cloud s’explique par plusieurs facteurs : [1] les atouts de facilité et rapidité de mise en oeuvre, [2] l’économie liée à l’absence d’investissement informatique pour mettre en oeuvre le projet et [3] le développement des modèles de facturation à l’usage. 

Plus concrètement, comment la solution 100 % cloud de Yooz peut-elle s'aligner avec vos exigences en matière de comptabilité fournisseurs ?

[1] les atouts de facilité et rapidité de mise en oeuvre

La rapidité de déploiement liée au cloud répond aux contraintes de délai de mise en œuvre d'un projet de dématérialisation : les phases de test et de déploiement, traditionnellement longues sont réduites au minimum. Dès le paramétrage effectué, la solution est immédiatement utilisable et accessible sur tous les postes dotés d’une connexion Internet. Ceci se traduit par un gain de temps non négligeable pour les équipes informatiques qui peuvent ainsi se concentrer sur d’autres projets créateurs de valeur.

La solution Yooz peut en seulement quelques heures, être mise en production dans une PME avec des règles de gestion relativement simples, comme s’adapter aisément aux organisations décentralisées les plus sophistiquées dans des délais très courts grâce à la souplesse de la solution et l’adaptabilité de ses workflows de validation.

[2] l’économie liée à l’absence d’investissement informatique pour mettre en oeuvre le projet

La mutualisation des coûts limite de manière importante les investissements nécessaires. Nul besoin de prévoir des coûts de licences et de maintenance lourds, ni des ressources spécifiques pour assurer l’exploitation, ce qui se traduit de fait par une réduction du coût total de possession des applications.

Le mode cloud permet d'éviter les tâches fastidieuses et coûteuses en temps et en ressources, comme les mises à jour, les changements de versions et les migrations, qui sont  assurées par le prestataire.

[3] le développement des modèles de facturation à l’usage. 

Yooz est accessible selon un modèle de tarification à l’usage, sous forme d’abonnement mensuel, facilement modifiable en fonction de l’évolution de la société. Tarifé à partir de 99 € par mois, sans aucun investissement, Yooz sait ainsi se mettre à la portée de tous.

Sur le plus long terme, les entreprises qui privilégient le mode cloud profiteront d’une solution qui évolue plus régulièrement et de manière transparente, leur permettant de rester alignés sur les meilleures pratiques de leur domaine.

Vous souhaitez aller plus loin et comprendre comment la solution Yooz constitue une approche concrète et pragmatique pour réduire les coûts, améliorer l’efficacité et la réactivité et réduire les délais de traitement ?

Téléchargez notre Livre Blanc :

Comment devenir un " Top Performer " du processus comptabilité fournisseurs ?

Je télécharge le Livre Blanc

 

 

 

 Tags: Tendances Numériques Corporate

N'hésitez pas à nous
donner votre avis sur cet
article !
Vous pouvez poster votre
commentaire ci-dessous :

S'abonner aux news du Blog

trone-fer